PENDANT CE TEMPS, AU CANADA

Les critiques contre le gouvernement King

Au Canada, les nouvelles de la défaite font des vagues. Les critiques fusent : plusieurs condamnent le coût important en hommes et leur manque d’expérience au combat. Le parti conservateur accuse notamment le gouvernement de Mackenzie King d’avoir négligé l’entraînement des soldats et se mobilise contre une plus grande participation militaire canadienne dans la guerre en annonçant que « peut-être y aura-t-il plus de Hong Kong ». Dans les journaux, on qualifie la Force C d’« escouade suicide » et on demande au gouvernement d’arrêter d’envoyer des hommes au sacrifice.

La page couverture du Winnipeg Free Press qui annonce des pertes immenses à Hong Kong, 23 décembre 1941 (source : Hong Kong Veteran Commemorative Association).

Photo de la Chambre des communes du Canada prise le 7 septembre 1939, lors des délibérations concernant la déclaration de guerre contre l’Allemagne (source : Musée Canadien de la guerre).

La commission Duff

Pour faire taire les critiques, le gouvernement canadien ouvre une commission d’enquête qui étudie l’envoi des deux régiments à Hong Kong. Déposé en 1942, le rapport conclut que le Canada a choisi judicieusement les deux régiments et qu’aucune négligence ne fut commise concernant l’entraînement ou l’équipement. Toutefois, en 1948, de nouvelles évaluations réfutent cet énoncé, mais concluent qu’un entraînement plus soutenu et un accès à davantage d’équipement n’auraient pas changé l’issue de la bataille : la Force C n’aurait jamais pu résister aux assauts des Japonais.

La page couverture du rapport Duff, 1942 (source : Hong Kong Veteran Commemorative Association).

Communiquer avec sa famille

Il est difficile pour les prisonniers de donner des nouvelles à leur famille. Les Canadiens peuvent envoyer une lettre par mois, mais en suivant plusieurs restrictions imposées par les gardes. Éventuellement, des cartes pré-imprimées sont utilisées pour éviter que les prisonniers n’écrivent directement leurs lettres ; ceux-ci n’ont qu’à rayer les réponses incorrectes. Par exemple, une carte peut indiquer : « Je vais bien… je travaille dur… à l’hôpital ». Envoyer et recevoir des lettres est une autre paire de manches. Celles provenant du Canada prennent environ 14 mois pour se rendre dans les camps, si elles ne sont pas perdues en route.

Les Japonais censurent chaque lettre pour s’assurer que les prisonniers ne parlent pas de la guerre ou de leurs conditions de vie dans les camps. De fait, les lettres envoyées par les prisonniers ne contiennent que peu de détails. À partir de 1942, le gouvernement canadien indique aux familles comment communiquer avec leurs proches emprisonnés. Les messages envoyés dans les camps donnent ainsi des nouvelles de la famille, des amis et des sports. Toute discussion sur la politique ou la guerre était, bien sûr, interdite.

Source : Bibliothèque et Archives Canada.

« Cher Monsieur Gonthier, 

Sœur St Stanislas K. [Germaine Gonthier] m’a demandé de vous écrire pour vous dire qu’elle est saine et sauve. Pendant les combats, elle était au collège La Salle pour soigner les blessés et le 20 janvier, nous avons tous été internés. 

J’ai été avec les sœurs du 8 décembre au 29 juin. Elles passent la plupart de leur temps à enseigner car il y a beaucoup d’enfants dans le camp. 

[…]

Sincèrement vôtre,

Frère Anthony […] », lettre destinée au père de Germaine Gonthier, alors internée au camp de Stanley, 20 août 1942.

L’internement des Canadiens d’origine japonaise

La mise en détention

Les Canadiens d’origine japonaise habitent au Canada depuis la fin du 19e siècle. Principalement établis en Colombie-Britannique, les issei (Japonais de première génération) et les nisei (de deuxième génération) sont souvent victimes de racisme, et durant la guerre, les tensions s’enveniment.

Après la bataille de Hong Kong, un raz-de-marée de rumeurs xénophobes et sans fondement déferle contre les Canadiens japonais qui sont présentés comme des espions et des saboteurs. Le gouvernement canadien décide alors de les incarcérer sous l’autorité de la loi sur les mesures de guerre, bien que l’armée avertisse qu’une telle détention est inutile.

En février 1942, le gouvernement décrète l’évacuation forcée de tous les Canadiens japonais de la côte ouest. En parallèle, le gouvernement met en place différents camps de travail aux abords des autoroutes pour y faire travailler les hommes. Ceux-ci sont séparés de leur famille qui se retrouve dans différents camps aménagés dans d’anciennes fermes et étables.

Des représentants de la Marine royale canadienne confisquent le bateau d'un Canadien japonais, 1941 (source : Bibliothèque et Archives Canada/PA-112539).
Au camp de Lemon Creek, les évacués japonais sont forcés de couper du bois pour les traverses de chemin de fer. Photo prise en juin 1945 (source : Jack Long /Office national du film du Canada).

Les conditions dans les camps

Après les déportations, le gouvernement saisit les propriétés des Canadiens japonais et les revend à très bas prix. Les détenus ne profitent pas des ventes : placés dans des comptes contrôlés par le gouvernement, les fonds sont utilisés pour payer leur internement. En effet, les détenus doivent acheter leurs vêtements, leur nourriture et tous les autres produits dont ils ont besoin pour vivre dans les camps.

Dans les camps de travail, les détenus doivent passer leur premier hiver dans des tentes. Par la suite, des cabanes sont construites, mais elles n’ont aucun isolement pour les protéger du climat. Dans d’autres camps, les conditions de vie sont rudes et humiliantes : les hommes et les femmes sont séparés et entassés dans des écuries qui sentent encore les chevaux. Il y a très peu d’espace entre les lits superposés et rien ne permet un peu d’intimité. Durant les premières semaines, de vieilles mangeoires pour animaux servent de toilette et il n’y a pas d’eau courante.

Cela prendra beaucoup de temps avant que des réparations ne soient faites aux Canadiens japonais après la guerre. C’est seulement en 1988 que le gouvernement offre des excuses officielles et une compensation financière de 21 000 $ par victime des détentions.

Certains Canadiens japonais ont dû dormir dans d'immenses gymnases transformés en dortoirs lors de leur internement en 1942 (source : Archives de Vancouver).
Des familles canadiennes japonaises travaillent dans les cuisines d'un camp à Greenwood en Colombie-Britannique, 1943 (source : Office national du film du Canada/Bibliothèque et Archives Canada/C-024452).
DES CHANCES IMPOSSIBLES
HONG KONG AU CENTRE DE LA GUERRE
LE CHOC : LA BATAILLE DE 17 JOURS
44 MOIS EN ENFER
PENDANT CE TEMPS, AU CANADA
LA VIE APRÈS