Sonny Castro, l’acteur de Sham Shui Po

Après s’être porté volontaire à défendre la colonie de Hong Kong durant l’attaque des Japonais, en décembre 1941, Sonny Castro devint l’une des figures les plus marquantes des camps d’emprisonnement avec ses imitations de grandes actrices.

Ferdinand Maria « Sonny » Castro est né à Hong Kong le 2 mai 1919. Le plus vieux d’une famille portugaise de cinq enfants, il s’enrôle dans la Hong Kong Volunteer Defence Corps (HKVDC) comme plusieurs autres Portugais dans la colonie. Castro est affecté au Peloton No. 6 de la compagnie légère antiaérienne, mais son rôle précis n’est pas clair. La grande majorité des Portugais du HKVDC sont dans la section de l’infanterie et selon les sources, Castro détient le rang de caporal. Cependant, il est difficile d’en savoir davantage.

Il est aussi difficile de dire ce que Castro a fait durant la bataille de Hong Kong. Nous savons toutefois que le 21 décembre 1941 des troupes japonaises débarquent à Causeway Bay, où la compagnie de Castro se retrouve. Les volontaires portugais y sont rapidement capturés et désarmés avant que les Japonais les relâchent sur l’île. Les survivants se remobilisent ensuite pour combattre ailleurs sur l’île, mais la situation est déjà décidée : le 25 décembre 1941, Hong Kong est capturé par les Japonais.

En emprisonnement

Les quelque 230 Portugais survivants se retrouvent emprisonnés au camp de Sham Shui Po, à Hong Kong. Cantonnés dans deux huttes, les hommes vivent les mêmes conditions pénibles que dans les autres camps tenus par les Japonais. Les conditions sont très difficiles, mais les hommes surent tout de même se divertir un tant soit peu.

C’est à ce niveau que Castro se démarque grandement. Adepte des cabarets de Hong Kong avant la guerre, il était déjà connu pour ses imitations de grandes actrices. En reprenant le rôle de la célèbre danseuse portugaise Carmen Miranda, Castro sut maintenir le moral des hommes dans plusieurs spectacles organisés dans le camp.

Les prisonniers firent plusieurs prestations théâtrales à Sham Shui Po et Sonny Castro en était la vedette à chaque fois. En 1943, seulement, les prisonniers avaient organisé une représentation en février, un spectacle de ménestrels en avril et les pièces de théâtre « la Boyadere » en juin, « Here Comes Charles » en juillet, « La Czigane » en octobre et « Blue Rose » en novembre. Un officier canadien témoigna des présentations de Sonny :

« L’un des garçons portugais, « Sonny » Castro, est un « waouh » pour une fille :  …. Il est beau garçon de toute façon, et son sourire, la façon dont il roule les yeux, ses mains, etc., il pourrait passer pour une fille n’importe où. Il avait l’habitude de former une équipe de danse avec sa sœur et cela l’a aidé. Il faut organiser le spectacle 3 nuits pour avoir tout le monde – dont une nuit spécialement pour l’hôpital. Tous les patients qui peuvent être déplacés sont pris. C’est merveilleux pour le moral de tout le camp. » (traduction libre)

Castro (à gauche) en préparation pour l'un de ses rôles, à Sham Shui Po (source : Hong Kong Veterans Commemorative Association).
Castro (au centre) en plein rôle avec deux autres acteurs, toujours à Sham Shui Po (source : Hong Kong Veterans Commemorative Association).

Après la guerre

Il est indéniable que Sonny Castro fit son effet sur tout le camp durant la guerre. L’historien Charles G. Roland le qualifie comme l’une des figures les plus marquantes de la vie quotidienne du camp. Plusieurs soldats emprisonnés au camp se rappelèrent ses pièces de théâtre. Plusieurs dessins et autographes furent ainsi préservés en souvenir par ces soldats. L’un de ces dessins peut, par exemple, être vu sur le site du Hong Kong Veterans Commemorative Association.

Après la guerre, Castro resta à Hong Kong où il passa le reste de sa vie. Il fit carrière dans le monde commercial de la colonie en devenant gérant pour la Shun Hing Shipping Company puis en travaillant longtemps à la chambre des commerces de Hong Kong. Il décéda le 24 mai 1985, à 66 ans, mais en sachant qu’il laissa une très forte impression à des centaines d’hommes à travers le monde.

Une affiche pour la pièce « La Czigane » avec Sonny Castro à l’affiche (source : David Bellis, Gwulo.com).

Article rédigé par Julien Lehoux pour Je Me Souviens.

Sources :