L’art de la guerre

L’un des rôles joués par le Canada en Afghanistan était d’essayer de convaincre la population locale de soutenir les efforts de l’armée canadienne et de ses alliés pour éradiquer le régime taliban et démocratiser le pays. Comment les Forces canadiennes s’y sont-elles prises? Et avons-nous vraiment remporté la guerre contre le terrorisme?

Dans le cadre de cette activité, les élèves liront des passages du texte chinois ancien L’art de la guerre et regarderont des extraits de témoignages de soldats canadiens à propos de l’Afghanistan. Les élèves analyseront les enseignements du texte et vérifieront leur applicabilité à la guerre en Afghanistan, en étendant les leçons à leur propre vie sous la forme d’un essai réflexif.

L’art de la guerre est un texte chinois ancien écrit par le théoricien militaire Sun Tzu au 6e siècle av. J.-C. Pendant 2000 ans, il a constitué le plus important ouvrage de stratégie militaire en Asie, et sa valeur s’est répandue partout dans le monde. Les stratégies militaires prescrites par Sun Tzu auraient été étudiées et appliquées par Napoléon, les nazis et le KGB (service de sécurité de l’Union soviétique). Les enseignements de L’art de la guerre ont des applications de grande envergure qui ne se limitent pas au domaine militaire; elles touchent notamment au monde des affaires, au droit, au sport et à l’éducation.

Comment L’art de la guerre s’applique-t-il à l’Afghanistan?

Le terrain accidenté de l’Afghanistan et sa position géographique stratégique entre l’Asie et l’Europe ont fait du pays la cible des empires et des conquérants coloniaux pendant des siècles. En outre, la complexité de l’organisation tribale est intimement liée à la loyauté envers les familles élargies, qui vise à protéger les coutumes, les biens et la propriété; ces alliances hiérarchiques complexes obligent les hommes à accomplir leur devoir et à se battre pour protéger leur pays et leur famille et survivre. Les Afghans ont fait la preuve de leur intrépidité, de leur détermination et de leur bravoure lorsqu’ils ont dû se défendre contre l’invasion soviétique et, plus tard, contre les talibans. Il était nécessaire pour l’armée canadienne d’avoir une connaissance exhaustive du terrain et des sociétés tribales complexes de l’Afghanistan dans le cadre de sa participation à la guerre.

Il est important de se rappeler que les soldats en provenance du Canada, des États-Unis et des autres nations de l’OTAN qui ont servi en Afghanistan étaient en guerre contre les talibans et Al-Qaïda, et non contre la population. Même s’il était souvent difficile de distinguer les talibans des autres, le Canada pouvait compter sur les Afghans de l’Armée nationale afghane et de la Police nationale afghane comme alliés. Les civils locaux avaient des opinions variées sur les talibans et les soldats étrangers, et il était important pour les Canadiens présents d’essayer de gagner leur confiance.

Les élèves liront des extraits de L’art de la guerre et regarderont des vidéos de militaires canadiens racontant leur expérience en Afghanistan.

Les élèves analyseront le texte chinois ancien et les témoignages des soldats en utilisant le tableau dans le guide de l’élève.

Les élèves rédigeront ensuite un essai réflexif de 500 à 750 mots à partir des observations qu’ils auront consignées dans le tableau.

Extraits de : Tzu, Sun. L’art de la guerre. Présentation de Frédéric Encel. Trad. Père Amiot. Librio, 2019

Témoignages

Autres activités qui pourraient vous intéresser

Jirga: recherche de consensus

Les élèves analyseront différents textes présentant des idées divergentes et devront présenter leur réflexion.

Exposition: Se souvenir de l’Afghanistan, réflexions de soldats canadiens

L’exposition tente de mettre en perspective le conflit qui s’est déroulé en Afghanistan entre 2001 et 2014 à travers l’expérience de soldats canadiens.

Renégocier le Traité de Versailles

Ce jeu de rôle historique permet aux élèves de formuler leurs propres conclusions à la guerre, tout en permettant de comprendre les contraintes, les attentes et les espoirs conflictuels qui ont contribué à la formulation de ce document de grande importance.